Une incorrigible passion | Aimer encore et toujours | Pauline et moi
Camille la jonquille
 | Écrire la mouvance de mes jours
 Les sœurs du cap |
 Juliette et Roméo | La promeneuse du cap | Souvenirs d’amour
Ulysse et Pénélope | L’Angélus de mon voisin sonne l’heure de l’amour
Les mots de mon père | L'actrice | Cap-au-renard | Portal en chansons
L’enchantée | Jeanne Janvier | Où en est le miroir?

Oeuvres de Jacques Hébert : Une chaise longue en enfer  | Il fera aussi clair


L'Angélus de mon voisin sonne l'heure de l'AmourL'Angélus de mon voisin sonne l'heure de l'Amour

Après Les mots de mon père (2005), l’auteure et comédienne revient au style romanesque de Cap-au-Renard et nous offre un ouvrage rempli d’émotions et d’intensité sur les thèmes de la vie, de la mort, du deuil et de la solitude, mais aussi de la beauté, de l’art, de l’amour et de l’amitié, éléments transcendants de l’existence.

Jeanne Dorval, une écrivaine quinquagénaire ayant récemment perdu son compagnon, revient d’une tournée littéraire. Un nouveau venu vient de s’installer dans la maison voisine. L’été qui s’annonce sera la saison d’une nouvelle amitié, alors qu’elle apprivoisera cet artiste peintre aux douloureux secrets, ce voisin sidéen au seuil de la mort. Tout se corse lorsque Jeanne s'amourache du jeune fils du voisin alors que ledit voisin, lui, connaîtra le coup de foudre pour Marielle, la grande amie de Jeanne. Ces amours croisées de la dernière chance nous feront vivre une magnifique saison.

Le nouveau roman de Louise Portal prend au coeur, montrant le retour de la passion quand on croit tout fini. Dans un style fluide et admirablement maîtrisé où les descriptions et les images, toujours évocatrices, dynamisent le récit, Louise Portal nous invite à partager sa quête toujours renouvelée de l’essence de l’être et de l’existence. Un roman rempli d’émotions, de maturité et de simplicité, qui enveloppe d’une agréable envie d’aimer et de vivre.

« — Vous savez, je sors très peu. Cette foutue peinture m'accapare entièrement.
Je m'avance derrière lui pour regarder à nouveau la toile sur laquelle il travaille : par touches de bleu, de vert, de mauve se dessine une structure qui rappelle un vieux monastère ou une église… Je le laisse à sa méditation picturale, car dès qu'il a repris son pinceau je n'existe plus. Je quitte la maison en prenant soin cette fois-ci de ne pas faire claquer la porte moustiquaire.
Au milieu de la prairie, le violon reprend le même air si nostalgique maintenant. Mon coeur se pince. Pourquoi? C'est d'un pas alourdi que je franchis les derniers mètres jusque chez moi.
Mon amour… je suis de retour…
Dans le lieu de notre mémoire, le sanctuaire de nos mots, seul l'écho de ma voix répondit. »

Les Éditions Hurtubise inc. 2007