Une incorrigible passion | Aimer encore et toujours | Pauline et moi
Camille la jonquille
 | Écrire la mouvance de mes jours
 Les sœurs du cap |
 Juliette et Roméo | La promeneuse du cap | Souvenirs d’amour
Ulysse et Pénélope | L’Angélus de mon voisin sonne l’heure de l’amour
Les mots de mon père | L'actrice | Cap-au-renard | Portal en chansons
L’enchantée | Jeanne Janvier | Où en est le miroir?

Oeuvres de Jacques Hébert : Une chaise longue en enfer  | Il fera aussi clair


L'ActriceL'Actrice

Ce récit débordant de vie relate le destin d'une actrice qui écrit. À travers les trois parties de ce roman - Le scénario de Jeanne Janvier, la vie de Jeanne D'Arcy et la vieillesse de l'actrice qui devient écrivaine -, Louise Portal, alias Jeanne D'Arcy, joue sa vie et entremêle le réel et l'imaginaire, qu'elle laisse aller jusqu'au fantasme. L'histoire laisse place à un véritable ciné-roman où le personnage, accompagné de la vraie Jeanne Janvier et de la fictive Jeanne Moreau, cherche sans cesse l'amour, la vérité et le père, encore et toujours, dans l'image ou dans le mot. Cette ouvre émouvante, tant par les confidences que par les réflexions sur la vie d'une grande artiste, raconte l'histoire qui se cachait derrière les autres.

"Tout a commencé dès l'enfance".

"Je m'amusais à porter les vêtements de ma mère pour jouer à «la madame ». Coiffée de chapeaux et chaussée de souliers à talon qui, je me rappelle, faisaient «cloc, cloc » quand je traversais le salon du haut de mes quatre ans, je me sentais libre et fière ainsi fagotée de la tête aux pieds. Mais c'est véritablement à l'adolescence qu'avait pris forme mon rêve d'être une actrice un jour. Dans de grands cahiers, je collectionnais les photos des personnages que je voulais incarner : Mata-Hari, Marie-Madeleine, Blanche-Neige. ainsi que les photos des actrices qui me fascinaient par leur beauté et leur singularité. Il y avait Marilyn Monroe, Claudia Cardinal, Brigitte Bardot et . JEANNE MOREAU. Au fil des années, d'autres têtes d'affiche s'étaient succédées dans mes cahiers. De nouveaux visages étaient apparus sur les écrans, des carrières et des rêves avaient été portés aux nues puis avortés. Ma favorite était toujours demeurée la grande Jeanne".

"Au cours de toutes ces années, je lui avais consacré une place privilégiée dans les pages de mes cahiers. Fascinée, j'avais observé la sublime actrice vieillir sur les couvertures des magazines. À dix-huit ans comme à quarante, puis à cinquante, à soixante et encore aujourd'hui, elle n'a rien perdu de sa grâce, de sa noblesse, de son charme et de sa sensualité. Jeanne Moreau a finalement atteint l'âge où il n'y a plus d'autres traces que celles de la véritable beauté. De la vérité".

"Pendant des années, j'ai dessiné mes lèvres comme celle qui représentait à mes yeux non seulement la femme mais l'actrice. Je voulais devenir comme elle. Laisser une trace de ma présence, comme un parfum délicat. Mystérieux. Incarner une beauté vibrante. Faire mille et une choses. Comme Jeanne. Jouer, chanter, écrire. Aimer surtout. Jeanne avait inspiré. Jeanne".

"Car la vie, par un curieux hasard, m'avait dotée du même prénom : celui de Jeanne. J'étais finalement devenue une actrice et depuis plus de cinquante ans, ma vie se confondait avec celle de mes personnages".

Éditions Hurtubise inc. 2004

Voir les photos du livre